Menu

On était à la cérémonie d’ouverture du Festival Emoi du Jazz by Dez Gad 2017

1 mai 2017 - Actus, Festival Emoi du Jazz by Dez Gad
On était à la cérémonie d’ouverture du Festival Emoi du Jazz by Dez Gad 2017

C’est dans la ville historique de Grand Bassam que s’est tenue la cérémonie d’ouverture du festival Emoi du jazz by Dez Gad Edition 7. Les organisateurs et leur partenaire l’Unesco ont voulu rendre hommage à la ville même pour son poids dans la culture et l’histoire Ivoirienne, mais surtout rendre hommage aux victimes des attentats de 2016.

Dresscode : Afro chic.

Nous nous retrouvons donc à l’hôtel Afrikland pour le « before » de la cérémonie. Dans le hall, on nous propose la traditionnelle photo, notre ticket pour la tombola organisée pour cette édition. Puis une hôtesse nous propose un cocktail et des canapés pour patienter, en attendant les navettes. La première chose remarquable, c’est que le mot d’ordre « Afrochic » a été respecté par les invités. En effet, le Festival a pour thème cette année l’Afroroots. Par ce thème, le festival nous invite à une rétrospective sur l’histoire noire Africaine en générale, mais la nôtre en particulier. Cette rétrospective nous donne du coup une approche plus facile du Jazz dans la mesure où ce genre musical vient de la période de la traite négrière.
Quelque temps après, commence le bal des navettes. Comme pour l’édition précédente, elles permettent aux invités de rejoindre le lieu de la cérémonie et participent au rituel du Tapis rouge. Le temps de quelques minutes, les invités sont traités comme de véritables stars avec photos sur le tapis rouge, et interviews avec les médias.
Le point d’orgue de cette partie est l’arrivée du Roi des Nzimas de Bassam. Son arrivée est accompagnée de chants et de danses du terroir. C’est l’une des nouveautés de cette édition qui s’accorde parfaitement avec le thème voulu cette année par les organisateurs.

Roots, Gospel et Ibeyi

Après que les invités aient été installés, les festivités pouvaient vraiment commencer. Et elles débutent par une brillante représentation assurée par le chœur rédemptoriste. Accompagné par une voie narrative, ils nous ont joué des airs de Gospel dont le fameux « Go down Moses ». Cette représentation a permis de conter les origines de la musique jazz en partant de la musique gospel au jazz en passant par le blues.
Vient le temps des discours. Les différents partenaires institutionnels. On a d’abord eu l’intervention du représentant de l’Unesco qui a rappelé l’importance du festival dans la promotion de la culture Ivoirienne. Puis celle du directeur général de Côte d’Ivoire Tourisme qui a donné un discours passionné et centré sur la transmission de l’émotion. Cette émotion que feu Dez Gad a transmise de manière formidable à ses filles et qui nous permet aujourd’hui de ce festival. Inutile de rappeler que durant toute la cérémonie, vous pouviez sentir l’esprit, l’émotion de Dez Gad.
Et voilà le point que tout le monde attendait : l’intervention de Marie Stella et de Maureen Gadeau, respectivement directrice et directrice artistique du festival. Et elles commencent de très belle manière avec une magnifique interprétation du titre « Eleggua » du groupe Ibeyi. Ce petit a capela a été notre coup de cœur car ce titre illustre parfaitement la thématique du festival cette année : le lien entre la musique (le jazz en particulier) et nos origines.
La cérémonie tire doucement vers la fin avec la représentation du Dr Alexandre Kokoua qui par sa posture sur scène rappelait étrangement un certain….. Dez Gad. Il y a eu aussi Ruth Tafébé, qui on le rappelle, est tête d’affiche de ce festival et d’autres artistes dont Ziggy.
Entre temps, le festival a permis à Madame Kamara d’avoir sa minute de gloire. En effet, elle est la gagnante de la tombola organisée par le festival et son partenaire.
Ce fut encore une fois une très belle réussite et un bon moment passé avec l’équipe du Festival Emoi du Jazz by Dez Gad. Avec cette cérémonie, c’est tout le festival qui promet d’être unique.

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *